Page d’accueilli   » LES TRAGÉDIES    » Les massacres fait au sud AzerbaÏdjan   

Les massacres fait au sud AzerbaÏdjan

  


Les facteurs prouvent que le vandalisme arménien aysor fait au Sud Azerbaidjan est une partie de la politique de génocide des arméniens envers les musulmans. La première guerre mondiale a fait aggravé les contradictions en Iran. L’allemagne et la Turquie,la Russie et l’Angleterre qui faisaient partie de l’union Antanta,possédaient des plan spéciaux à propos de l’Iran. A son tour,les Etats Unis essayaient d’augmenter son prestige en Iran et utilisaient largement l ‘activité des missionaires américains envoyés en Iran. Pendant la guerre ces états ont fait des massacres et des conflits aux territoires orient du Sud Azerbaidjan entre les arméniens,kurdes et aysors. Les forces armées arméniennes utilisant la situation dure et la troube créés au Sud Azerbaidjan par la première guerre mondiale ont commencé à tuer les turques d’Azerbaidjan avec la violonce et détruire les maisons et les bazars en attaquant à Khoy,Salmas,Soyugbulag et les autres villages autour de ces villes. Ce type de massacre se réalisait en Urmie avec une férocité spéciale. Seulement l’itroduction de l’armée turque à ce territoire a prévenu la génocide du peuple de ces villages,d’Urmie et d’autres villages. Mais après le départ des armées turques d’ici,les kurdes les arméniens et les aysors ont recommencé à massacrer les azerbaidjanais aux territoires frontalier du Sud Azerbaidjan avec la Turquie et l’Iraque. 

Ces massacres étaient plus tragédiques au moment ou les parties militaires russes étaient sorties de l’Iran en 1918 par le gouvernement Bolchévik. Il est évident que les états puissant étant participants de la première guerre mondiale,utilisaient comme ils voulaient les brigands arméniens au problème de diviser les états occidentaux en leur sphère d’influence. Après le départ des russes du Sud Azerbaidjan les anglais y ont envoyé leur spéciaux groupe militaires. Jusqu’au printemps de 1918,ils ont occupé Miyane,Zenjan,Khoy,Urmie. En meme temps, à l’est nord du sud Azerbaidjan,avec l’incitation des ces états,les aysors,kurdes et arméniens ont réalisé une génocide contre les azerbaidjanais. Les arméniens ont tué 150 milles azerbaidjanais en Urmie et 50milles en à Khoy. 200 milles turques d ‘azerbaidjan ont été tué en Anadolu occidental de la Turquie. Ainsi 400 milles turques d’azerbaidjan ont été tué au Proche Occident qui ne fait pas partie de la Russie. Pour interrompre ces massacres la Partie Démocratique d’Azerbaidjan a envoyé des groupes armés sous la présidence de Cheykh Mouhammed Khiyabani,aux zones de la catastrophes. Ces forces ont obtenu des succès importants en interruption du massacre. La première guerre mondiale a apporté des malheurs comme la famine,pénurie,cherté,massacres et grands déstruction au Sud Azerbaidjan. La vie d’économie du Sud Azerbaidjan a subi une crise à cause de la guerre. On parle des résultats dur de la génocide des azerbaidjanais faite par les arméniens dans le livre Urmie,patrie du prophète Zerduchte d’Ali Dehgani et l histoire de l’Urmie de Mouhammed Tameddu qui était des témoins de ces jours catastrophiques. Seyid Ahmed Kasvari connu comme un propagandiste célèbre du chauvinisme persan ne pouvait pas s’en passer de la politique de génocide faite au peuple azerbaidjanais dans son roman l’histoire d’Azerbaidjan de 18 ans . Dans le livre de Kasvari,on décrit que les aysors ont trouvé un abri au Sud Azerbaidjan après l’échec qu’ils ont subi contre les kurdes de le Turquie au territoire du lac Van. 25 milles aysoriens nommé comme Cilo par le peuple,ont été placé aux territoires d’Azerbaidjan sous la charité chrétienne des russes. Dans beaucoup de cas ils prenaient les fortune du peuple et tuaient ce qui résistaient. Les arméniens tenaient une position active et tuaient les azerbaidjanais qui étaient sans aide et sans armes. Motemed-Alvezora qui avait vu la génocide des azebaidjanais avec ses propes yeux,disait : “ la fusillade n’a pas cessé jusqu’au matin. Le lendemain je suis venu au centre gouvernemental. D’après les rapports,il a été clair que pendant la nuit il y a eu des tragédies terribles. Les arméniens et le Cilos ont tué le peuple azerbaidjanais et ont mit le feu à 500 maisons. Le lendamain le massacre a continué. Ce jour là plus de 10.000 enfants et femmes azerbaidjanais ont été tués.” A propos des malheurs apportés aux azerbaidjanais pendant le Dernier Mardi,du roman Urmie patrie du Zerduchte d’Ali Dehgani qui reflète la chronologie saignante de ces jours : les urmiens ont compris qu’ils se sont trompés après la discussion du consul d’Amérique en Urmie Mister Chede avec les azerbaidjanais désarmés à cause de son astuce. Je suis le témoin du massacre de 10.000 azerbaidjanais par les Cilos et les arméniens en Urmie pendant le Dernier Mardi,le 26 Isfend 1226 de l’année solaire ( 17 mars 1918). Les arméniens préparant le massacre contre les azerbaidjanais faisaient des discussions secrètes pour l’utilisation des forces militaires non seulement des aysors mais aussi des kurdes. En utilisant une astuce les arméniens organisent la rencontre du lider kurde Simetko et le ches des aysors Marchimone. Pendant la rencontre Simetko a tué Marchimone et a renoncé à cette proposition astucieuse des arméniens. Après la mort de Marchimone,le pouvoir militaire a été dirigé par le chef Petros arménien. A.Kasravi écrit que pendant les troubles réalisés par la présidence du chef Petros,il n’ est resté aucun village arrangé à Salmas. Le peuple désespéré était tué et ceux qui avaient la possibilité,quittaient le village. Il n’ avait aucun jour ou personne n’était tuée. L’armée Osmanli est venu à leur aide et peut etre qu’ils les ont sauvé du danger de périr au moment ou les génocides et les saccages des turques d’Azerbaidjan continuaient en Urmi,Salmas,Khoy et dans les villages qui se trouvent autour de ces villes. L’armée Osmanli est parvenue à Khoy en juin 1918. De là,l’armée s’est déplacé vers Salmas et a attaqué à l’assemblage des arméniens et aysors. Pour cette querelle Petros avait apporté des balles depuis l’Urmie. Après la guerre de quelques jours,l’armée arménienne s’est désagrégée et ils ont commencé à s’échaper en prenant leur famille et leur proprétés. Cette année là,Andronik le chef de la partie qui voulait créer la grande Arménie s’est déplacé avec 8000 personnes de Julfa à Khoy pour occuper cette ville et se reconciller au groupe arménien aysor. Les arméniens avaient pris une telle décision qu’ils y placent 10.000 familles arméniennes après l’avoir occupée et tué son peuple et unissent cette partie d’Azerbaidjan en Arménie. L’armée Osmanli est venu à Khoy du Salmas. Le peuple du Khoy qui a entendu cela a renforcé la résistance. Enfin l’armée Osmanli a placé les balles sur les montagnes et a tiré sur l’armée arménienne. En perdant l’espoir de gagner,les arméniens se sont enfuit par le chemin avec lequel ils étaient venus. Mais meme cet échec n’ a pas été la fin de la génocide des azerbaidjanais. Les arméniens font des nouveaux plans,catastrophes et des attaques aux villes qui ont une résistance faible. Dans leur plans astucieux,les ennemis avaient pris en considération l’utilisation du bateau militaire de la Russie qui se trouvaient au lac Urmie. Ce bateau était dans les mains des militaires arméniens aysor de 180 personnes. Le but était de placer des balles dans ce bateau,arriver au port Charefkhan et commencer de nouvelles opérations militaires en occupant des bateaux de ce port.pour réaliser ce but,ils faisaient chaque type de crimes,tuaient le peuple et meme les personnalités religieuses. La mort d’Aga Mirmouhammed Pichnamaz Khalkhali qui a fait connaitres les désirs secrets des arméniens aysors, était une exemple claire de la violence arménienne. Ahmed Kasvari indique qu’en sortant de l’Urmie les arméniens faisaient des violences dans les villages,les rues : ils ont quitté la ville en voyant l’approchement de l’armée Osmanli. Les arméniens et les aysors ont tué plus de 10.000 azerbaidjanais pendant ces évènements. Après six mois d’opression et de torture,le peuple désespéré a été content de voir la fuite des arméniens et des aysors. 




Lu: 4932