Page d’accueilli   » LES TRAGÉDIES    » Les massacres de 1914-1920   

Les massacres de 1914-1920

  



Depuis le début de XXè siècle le chauvinisme arménien a commencé à réaliser des génocides planifiés et réfléchis  aux terres historiques d’Azerbaïdjan. «Tendance des arméniens intrus » a réussi son but avec les problèmes survenus au fond des conflits international et avancé par la Russie de Tsar et idéologie de bolchevique. Pour la réalisation de  principes de « Grand Arménie» et « Etat de mer à la  mer » les chauvins arméniens réalisaient les massacres sanglants et les terreurs aux premières années du siècle en Azerbaïdjan. Et en 1905-1907 ils ont effectué la politique de génocide et de déportation envers les azerbaidjanais locaux.   L’exécution  de politique de purification radical  effectué  aux provinces de l’Azerbaïdjan d’ouest  comme Irevan, Gokché et Zengézur et aussi à Ganja, Garabagh et aux autres régions, était l’un des buts principaux   des chauvins arméniens et de Russie de Tsar.      
Trop désolé que cette politique de génocide en masse et de déportation des arméniens envers les azerbaidjanais n’a pas été le dernier. 
Pour l’assassinat des azerbaidjanais demeurant en l’Azerbaïdjan d’ouest  (à l’Arménie présent)  et Nakchievan, les arméniens ont créé les trois division. Après la Révolution Bourgeoise de Février  (1917)  en Russie la situation de la Russie a devenue mauvaise  aux frontières.  250 milles volontaires arméniens de l’Armée de Russie se sont dispersés à cause des  contre-attaques de l’armée de Turquie. A la suite, ils sont distribués aux regroupements de l’armée russe sous les équipes de bandits et ainsi le procès de génocide de turc-musulman s’est affaibli. 
Parce que le commandement unique était à la disposition de l’armée de Russie et aussi les forces arméniennes s’étaient divisées. Mais pour la réalisation de chimère de  « Grande Arménie», les arméniens ont établit les nouveaux plans.  
Selon le plan réfléchi ils devaient créer un pays sans turc. Pour atteindre le but, il fallait détruire les azerbaidjanais. Et à fin de réaliser ce procès les équipes de bandit n’étaient pas suffit. Ainsi ils ont décidé d’organiser l’armée disciplinée. Pour cela au mois de mai en 1917 ils envoyé un représentant à la rencontre de Kerenski,  chef de gouvernement temporaire de Russie, et ils ont demandé de permission pour créer une nouvelle armée organisée par volontaires arméniens  servant à l’armée de Russie à fin de fortifier les attaques envers les turcs.  

Les arméniens ont demandé les armes de gouvernement temporaire. Kerenski a accomplit le désir et la demande des arméniens. Au mois de mai en 1917 ils ont organisé un corps de l’armée consistant des 35 milles combattants. Général T. Nazaryan a été nommé le chef commandant de corps et Dro Ganyan a été nommé l’adjoint de chef commandant de corps. Corps a été divisé 3 divisions. On a fait des partages entre les divisions.  Et les divisions ont été déterminées sur les régions où ils devaient  détruire les azerbaidjanais : 
1. Général Andronik- au Nakhchievan, Sisyan, Zengezur et aux territoires montagneux de Garabagh;
2. Général Arisyan et Dro Ganyan – en İrevan, environ d’İrevan, Zengibasar, Echmiedzin Gourouduzlu et à la région de Vedibasar, Gamarli et aux régions de Daralayaz;
3. Colonel SilikovSilikyan- aux régions de lac de Gokché.  
Ces gredins ont commencé agir conforme à  ces plans. 
Après la Première Guerre Mondiale la situation convenable s’est formée au Caucase du Sud pour la réalisation des plans perfides.  Plusieurs arméniens sont venu au gouvernement d’Irevan, Garabagh et Zengézur avec les équipes arméniens de Turquie.  Sans doute que ces arméniens peuplés aux territoires de l’Azerbaïdjan d’ouest ont commencé à opprimer les azerbaidjanais locaux  comme aux XVIII-XIXè siècles. Jusqu’au mois de 1918 les 199 villages ont été détruits au gouvernement d’Irevan. Après ce procès le période de prétention de création d’état arméniens au gouvernement d’Irevan et de prétention de terre envers les autres territoires de l’Azerbaïdjan.   Bien que la politique de colonisation de Tsarisme russe tâche de soulager «un peu » l’activité des arméniens et particulièrement de  leur organisation terroriste de « Dachnaksutyun», les chauvins arméniens réussissent d’annoncer « problème arménien» au domaine politique des pays européens. 
Et plus, les dachnaks arméniens,  demeurant à Bakou, ont établi les nouvelles tactiques pour la création de « grande Arménie».  
Tous ces procès ont été réalisés continuellement et avec préméditation.
 Pour cela, apres la Révolution Bourgeoise de Février en Russie, les bolcheviques et dachnaks agissent ensemble à Bakou. Avant tout, cette cordialité avait le but d’empêcher à l’arrivée au pouvoir du Parti de « Musavat» et de faire les nouveaux génocides envers les azerbaidjanais.     
Dans les plusieurs réunions passées au niveau de Caucase en 1917 par les arméniens avancent évidemment les prétentions de territoire envers les géorgiens et les azerbaidjanais. 
 Au même année, au congrès de députés de paysan eu lieu à Tiflis, les chauvins arméniens  ont soulevé la  question  de «émigré » (peuple) et  ont proposé  la nouveau distribution de Caucase du Sud de l’aspect et ils ont avancé le prétention de l’idée de distribution de gouvernement de  Yelizavetpol (Ganja) en deux division administrative. Dans leurs propositions les arméniens ont indiqué  la création de gouvernement de Ganri, se composant de territoire montagneux de région de Yelizavetpol, de Garabagh et aussi de Zengezur.
Ainsi,  en avançant les propositions de distribution de Caucase du Sud et de gouvernement de Ganja, les dachnak arméniens   ont tracé les contours de carte de «Grande Arménie ». 
Les opinions rendus à la « conférence nationale des arméniens » eu lieu au moi d’octobre en 1917 à  Tiflis, ont trop aggravé les relations de l’arménien- géorgien et l’arménien -azerbaidjanais. 
L’historien de l’Arménie O. Minasyan et les autres indiquent que les azerbaidjanais, les turcs et aussi la presse géorgienne sont les stimulants de l’aggravation des relations. Mais, dans la vérité, les stimulants de l’opposition au Caucase du Sud,  étaient les dachnaks arméniens et les documents et les faits de même époque le prouvent. .  
La politique fausse des bolcheviques sur l’égalité des droits des nations et les mesures (désignation de S.Chaumyan au poste de Commissaire Extraordinaire du Caucase) avancé par Lénine en 1917 et créant les conditions pour la réalisation des plans des arméniens ont activé les arméniens.  
Les questions de politique intérieure de Caucase du Sud, extérieure et aussi la question des frontières étaient aux lieux importants aux pourparlers  et aux contrats (Erzinjan, Trabzon, Brest-Litovski, Batum) éfféctués à la fin de 1917 et au début de 1918.   
Mais, en ignorant les traités réussis,  les arméniens armés ont commis les actes de terreur et de violence aux territoires azerbaidjanais, tout particulièrement aux régions de Irévan, Zengezur et Nakchievan.
Depuis de décembre de  1917, les équipes armés des arméniens  ont attaqué aux village de Umudlu, Garalar, Sırkhavand, Buruj, Chıraglı et aux autres et ils obligeaient les habitants d’obéir aux dachnaks. Après ces attaques, on ramasse les impôts différents des azerbaidjanais et on vole leurs bovins. Au mois de décembre en 1917, les groupes de bandit armés ont pénétré aux villages de  Irevan, Zengezur, Nakchievan et Garabagh et ils ont désigné les gardiens à leur maisons pour les obliger d’obéir aux arméniens.  



Lu: 5208