Page d’accueilli   » LES CONTRATS    » Le conflit Turkmencay   

Le conflit Turkmencay

  


 

ARTICLE I
Le Traité sera le traité pour la paix, l’amitié à partir d’aujourd’hui entre le Grand Empereur de la Russie et le Schah de l’Iran et ses héritiers aussi que les populations.

ARTICLE II
Le grand Empereur de la Russie et le Schah de l’Iran acceptent que les engagements mutuels résultant du traité de Gulistan se soient terminés par la guerre qui a réalisé entre les parties contractantes et fini aujourd’hui. Ils estiment que le traité de Gulistan était obligatoire pour la fondation des relations d’amitié et de paix pour l’avenir proche et lointain selon les conditions et les décisions appartenant à aujourd’hui.

ARTICLE III
Le Schah de l’Iran donne le Khanat d’Erevan et de Nakhitchevan avec tous les deux bords de la rivière d’Araz, à son propre nom et au nom de ses héritiers à la propriété de l’Empire russe. A la suite de cette concession, le Schah de l’Iran promet qu’il va donner au contrôle de la Russie tous les archives et documents publics sous le contrôle de tous les deux Khanats indiqués ci-dessus dans les six mois maximum à partir de la date de signature du traité.

ARTICLE IV
Les frontières entre tous les deux Etats ont été déterminés comme suivants par la confirmation des parties contractantes: la frontière passe au sommet de ces montagnes étant au point le plus proche sur une ligne plate au bord du sommet de la petit montagne d’Ararat sur le territoire de la Turquie; en courbant d’ici, il arrive aux parties supérieures de la rivière de Karasu commençant à la partie du sud de cette rivière, ensuite la ligne de frontière continue vers le lieu où la rivière d’Araz se jette en face de la rivière de Şerur. Il continue d’ici jusqu’à la ressource de la rivière d’Araz vers le château d’Abbasabad. On va couvrir toutes les destinations avec une dimension comme un arbre moitié, c’est-à-dire 3 1 / 2 “Rus versti” aussi que les destinations étrangères aux bords droits de la rivière d’Araz du château et ce territoire sera appartient à la Russie. Le territoire sera séparé dans les deux mois à partir d’aujourd’hui. La ligne de frontière se prolonge à Yeddibulag avec la ressource de cette rivière à partir du lieu où les frontières s’unifient à l’est avec les bords de la rivière d’Araz. Sur ce territoire, les territoires de l’Iran se seront prolongés dans les dimensions des trois arbres, c’est-à-dire 21 “Rus versti” le long de la ressource de la rivière d’Araz. Ensuite, l’unification des deux petites rivières nommées Adınabazar et Sarıkamış se prolongent à partir du plateau de Muğan à Bolgarçay dans les dimensions des trois arbres, c’est-à-dire 21 “Rus versti”. La frontière continue d’ici jusqu’au bord gauche de Bolgarçay et le lieu de l’unification des rivières nommées Adınabazar et Sarıkamış mentionnées ci-dessus, ensuite vers les parties supérieures sur la partie droite de la rivière d’Adınabazar. Il continue d’ici jusqu’au sommet de Cikoir et tous les eaux qui commençant à cette hauteur et qui se jettent à la mer caspienne seront appartient à la Russie. Tous les eaux qui continuent vers l’Iran seront appartient à l’Iran. La frontière entre les deux Etats est déterminée par les sommets des montagnes. Comme on a décidé, leurs descentes vers la mer caspienne seront appartenant à la Russie et leurs descentes vers autre parties seront appartenant à l’Iran. Il passe jusqu’au sommet de Gemerkuh sur les montagnes espérant Talış avec le sommet de Serhed Cikoir et la région d’Erş. Comme on a précisé au-dessus sur l’espace entre le commet de Cikoir et la rivière d’Adınabazar, les sommets qui séparent les eaux en deux parties seront formés en même temps une frontière. Ensuite, la ligne de frontière se sera prolongée vers les frontières de Velgic sur les chaines de montagnes séparant les régions de Züvand et d’Erş en commençant le sommet de Gemerkuh en respectant sans arrêt aux règles se trouvant au-dessus. Ainsi, la région de Süvand sauf la partie se trouvant en face du sommet de montagne mentionné sera participée à la Russie. En étant conformément aux règles indiqués au-dessus sur la destination des eaux, la ligne de frontière entre tous les deux Etats continuera de la frontière de la région de Velkıc sur les chaines de montagnes de Velkıc et le sommet de Kloputa jusqu’au commencement du nord de la rivière d’Astara et d’ici jusqu’au lieu où la rivière en question se jette à la mer caspienne le long de cette rivière et d’ici, la frontière se termine en séparant les territoires de la Russie avec les territoires de l’Iran.

ARTICLE V
Comme la preuve de l’amitié sincère pour le Grand Empereur de la Russie, le Grand Schah de l’Iran reconnait à son propre nom et au nom de ses héritiers que tous les territoires et toutes les iles se trouvant entre la mer caspienne, les chaines de montagnes du Caucase et la ligne de frontière aussi que toutes les populations immigrantes et les autres populations habitants sur les régions indiquées au-dessus seront appartenant à l’Empire russe.

ARTICLE VI
Comme une marque de respect pour le grand dommage de l’Empire russe et pour les victimes et les pertes de la population russe, le Grand Schah de l’Iran accepte de payer une compensation monétaire. Toutes les deux parties contractantes ont décidé la valeur de la compensation comme vingt millions de manat en argent. La date, la forme du paiement et l’assurance ont été déterminés par un traité spécial ayant le pouvoir qui peut ajouter tous les conditions dans ce traité.

ARTICLE VII
Quand le Grand Schah de l’Iran a nommé son fils le Prince Abbas Mirza comme son héritier et l’héritier du trône, le Grand Empereur de la Russie a accepté le Prince Abbas Mirza comme l’héritier du throne de l’Iran au nom du Schah et après qu’il ait venu au pouvoir comme le roi légal de l’Etat afin d’aider la confirmation de ce règle du héritage et afin de montrer clairement son désir de l’amitié.

ARTICLE VIII
Conformément à règles précédentes, on donne aux navires marchands russes le droit d’approcher aux ports de la Russie et de circuler à proximité des bords caspiens. En cas de la réalisation d’un accident des navires, la partie iranienne aidera à la Russie en étant un ami. On donne aussi aux navires iraniens le droit d’approcher aux ports de la Russie et de circuler à proximité des bords caspiens. En cas de la réalisation d’un accident des navires, la Russie aidera mutuellement à l’Iran en étant un ami. Les navires de la guerre, seulement le drapeau militaire russe était existé à la mer caspienne pendant la guerre et en même temps de la paix. Dans le cadre de ce respect, le privilège précédent a été donné seulement à l’Etat russe à nos jours et les drapeaux appartenant à aucun pays ne peuvent pas se trouver à la mer caspienne sauf la Russie.

ARTICLE IX
En désirant la fondation de l’amitié et la paix obtenues par heureux, afin de la réalisation des instructions provisoires ou de rester comme éternelle, le Grand Empereur de la Russie et le Grand Schah de l’Iran accepte mutuellement qu’ils vont accueillir avec respect les ambassades des grands palais appartenant à tous les deux Etats, les ministres et ses représentants, les parties suprêmes ayant les mêmes grandes avec ces représentants conformément aux traditions locales et l’amitié sincère. Afin de faire respecter les parties contractantes au protocole spécial, on va déterminer une cérémonie ayant le contenu mentionné au-dessus.

ARTICLE X
Parce que le Grand Empereur de la Russie et le Grand Schah de l’Iran ont considéré le recommencement et l’élargissement des relations commerciales entre tous les deux Etats comme un des meilleurs résultats de la fondation de la paix, ils ont accepté en basant sur la confirmation complète et mutuelle: Arranger tous les ordres appartenant à la sécurité de la population, administrer le commerce, expliquer tous les choses indiquées dans le traité à signer par les parties contractantes en ajoutant un document spécial. Comme on a déterminé à la passée, le Schah de l’Iran donne à la Russie le droit d’ouvrir les représentants du commerce et les consulats à toutes les régions nécessaires en faveur du commerce. Les ambassades et ses représentants dont le nombre ne dépassera pas dix personnes sont sous la souveraineté de l’Iran pour s’assurer leurs droits de bénéficier l’honneur et la supériorité conformes à ses grades. Le Grand Empereur de la Russie promet que le Grand Schah de l’Iran respectera complètement à ces règles. En cas de la plainte avec excuse au sein de l’ambassade ou des représentants de la Russie du gouvernement iranien, l’ambassade russe ou le Schah peuvent exclure le criminel en dehors du palais et peuvent nommer une autre personne à cette mission.

ARTICLE XI
Après que l’on ait fondé la paix, toutes les demandes de la population et les autres opérations arrêtées à cause de la guerre seront complètement réparés et résolu d’une manière juste. Les engagements pour la population seront mutuellement assurés.

ARTICLE XII
Les parties contractantes qui sont arrivées à la paix ont mutuellement pris les décisions indiquées comme suivantes en faveur de la population: On va donner une durée de trois ans à ceux qui ont les biens immobiliers à deux cotés de la rivière d’Araz pour vendre ses biens. Mais comme tous les territoires appartiennent à l’Empereur de la Russie, on peut exclure le Commandant d’Erevan Hussein Khan, son frère Hasan Khan et l’ancien roi du Nakhitchevan Kerim Khan en dehors du brevet.

ARTICLE XIII
Les prisonniers de guerre appartenant à toutes les deux parties captivés lors de la dernière guerre ou la guerre précédant aussi que les populations ayant devenu les esclaves seront mutuellement libérés dans les quatre mois. On doit s’assurer leurs besoins de la nourriture et les autres besoins vitales. Ils seront envoyé à Abbasabad afin d’être donné aux commissariats pour les ordres de les envoyer à l’autre région du peuplement. Les parties contractantes seront agir conformément à la manière indiquée pour les prisonniers de guerre appartenant à toutes les deux parties, mais qui ne peuvent pas redonner à cause des longues destinations dans les délais prévus aussi que pour la population russe. Tous les deux Etats se disposent des droits forts pour la demande de ces conditions. Ils s’engagent de les redonner au moment où les demandes ont été reçues.

ARTICLE XIV
Aucun Etat contractante de n’a le droit de demander la libération de ceux qui ont trahi et pris la fuite jusqu’au commencement de la deuxième guerre ou pendant cette période. Afin d’empêcher les dommages qui peuvent réaliser à cause des relations hostiles entre certains de ces refugies, ses citoyens et ceux qui se trouvent sous ses dominations, le gouvernement de l’Iran accepte qu’il interdira l’existence des personnes dont les noms ont été indiqués par le gouvernement de la Russie sur les territoires de la frontière fondé entre le lieu où la rivière d’Araz et de Çara, le lac d’Urmiye et la rivière de Kızılüzen se jettent à la mer caspienne. Le Grand Empereur de la Russie est chargé de ne pas permettre aux refugies de l’Iran d’installer ou d’habiter sur la région au bord gauche de la rivière d’Araz des Khanats d’Erevan, de Karabagh et de Nakhitchevan. Mais Il est évident que seulement cette condition sur les personnes ayant un grade officiel, les représentants spéciaux, les Khans, les Seigneurs, les mollâs et les autorités religieuses qui peuvent négativement affecter les citoyens précédents étant sous l’occupation ou l’administration par ses relations secrètes est valide et sera valide. En général, quant aux habitants de tous les deux Etats, les parties contractantes ont accepté que la population qui a passé ou passera d’un Etat à un autre peut installer sur tous les régions dont ses gouvernements ont permis.

ARTICLE XV
En agissant avec une bonne volonté comme détruire toutes les choses qui peuvent augmenter les catastrophes réalisées lors de la guerre et terminé par la paix et comme s’assurer la sécurité pour son Etat, le Grand Schah a complètement pardonné toute la population et les officiers de la province appelé comme l’Azerbaïdjan. Sans regarder son grade, aucune personne n’est subie des humiliations pour son croyance religieuse et des poursuites pour ses activités pendant la période de l’occupation de la ville mentionnée par l’armée russe. Autrement, les habitants et les officiers mentionnés au-dessus peuvent passer de l’Iran à la Russie avec ses familles à partir d’aujourd’hui, vendre ou amener ses biens, sans obstacles du gouvernement ou des directeurs locaux, sans l’application d’un taux douanière sur ses biens. Ils ont une durée d’un an pour vendre ses biens. Quant aux biens immobiliers, on a prévu une durée de cinq ans pour les vendre ou les enregistrer avec ses propres volontés. Mais ce pardon n’est pas valide pour les personnes criminelles ou les personnes ayant condamné par le tribunal jusqu’à la fin de la durée d’un an.

ARTICLE XVI
Après la signature de ce traité de paix, les parties contractantes doivent immédiatement et mutuellement informer tous les organes sur l’organisation des opérations militaires. Ce traité de paix qui a été organisé en deux exemplaires ayant le même contenu, confirmé par ses cachets avec des armoires et donné mutuellement l’un l’autre doit être confirmé par le Grand Empereur de la Russie et le Grand Schah de l’Iran. Les textes de confirmation signée par les parties contractantes seront donnés l’un l’autre dans les quatre mois ou dans les délais le plus tôt autant que possible lors d’une cérémonie. Le traité a été signé au village de Türkmençay les dixièmes jours du mois de février de l’année 1828.

Signataires: İvan Paskoviç, A. Obrezkov.



Lu: 5833