Page d’accueilli   » LES CONTRATS    » Le conflit Gulustan   

Le conflit Gulustan

  


Le Traite de Gulistan est le premier traité qui partage les territoires d’Azerbaïdjan entre la Russie et l’Iran et qui est signé le 12 Octobre 1813 par l’Empire russe et l’Etat de Gacar d’Iran. Selon le traité de Bucarest signé en 1812 entre la Russie tsariste et l’Empire ottomane, l’Empire ottomane a accepté l’occupation du Caucase par les russes et enlevé ses demandes sur ces territoires. Les attaques contre les Khanats d’Azerbaïdjan sous l’occupation russe qui ont été organisées par le Prince persan Abbas Mirza qui a essayé d’évaluer l’attaque de Napoléon contre la Russie pendant les mois d’été en 1812 ont été repoussées par le General P.Kotlyarevski et renforcé la supériorité militaire et politique de la Russie sur la région. Cette situation a augmenté les soucis de l’Angleterre et l’Iran a accepté de signer un traité avec la Russie sous la demande de l’Angleterre. On a signé le 12 Novembre 1813 au village de Gulistan un traité qui a précisé que la première guerre entre la Russie et l’Iran s’est terminé. Ce traité a entré dans l’histoire sous le nom de lieu de signature. Le traité a été signé par le Prince Mirza Ebdülhasan Han pour l’Iran et par Ratişev pour la Russie. Selon les conditions de ce traité de paix, tous les Khanats sauf Nakhitchevan et Erevan parmi les Khanats d’Azerbaïdjan du nord (Talış, Şirvan, Guba, Baku, Gence, Karabagh, Şeki) ont été donné à la Russie.

TEXTE DU TRAITÉ:
POUR LE NOM DU GRAND DIEU 
Le Seigneur, le grand et magnifique roi et l’empereur de la Russie et la propriétaire, le roi de l’Etat d’Iran et l’Hadrat Sultan ont décidé de nommer les représentants indiqués au-dessous pour assurer la paix et la justice en désirant mutuellement de construire l’amitié du voisinage et la paix continuel sur les bases concrètes entre l’Empire russe et l’Etat Iran et en désirant de se terminer les catastrophes de la guerre qui ne sont pas conforme à ses cœurs et le grande amour du roi:
Le Seigneur de l’Empire russe – Excellence Nikolay Rtişşevi ayant les titres comme le Major General, le Commandant en chef des armées se trouvant au Caucase et en Géorgie, le Directeur en chef pour les sous-préfectures d’Astrahan et de Caucase, l’administration civile en Géorgie et chargé des frontières du pays, le Commandant de la flotte marine de Caspienne et qui a été remporté les médailles comme le Saint Aleksandr Nevski, la première nonne Anna, le Saint ascétique au quatrième niveau et le Conquéreur Georgi aussi qu’une épée en or sur lequel on écrit “Selon le Courage”; Le Seigneur et le Schah d’Iran - Mirza Hasan Han ayant les hauts niveaux et qui a travaillé aux palais de la Turquie et l’Angleterre en étant un ambassade extraordinaire, choisi parmi les Chefs iraniens, qui a remporté les cadeaux spéciaux se disposant de l’épée et du poignard ornés par les brillants, des vêtements et des châles et les ensembles des équipements de chevaux ornés par les brillants, qui est l’officier le plus proche de l’Empereur, le conseilleur chargé des affaires secrètes du Grand Palais d’Iran, le Khanat au deuxième niveau et venant de la génération du vizir: pour cette raison, nous, les représentants compétents ont parvenu un accord sur les articles suivants en basant sur les grands autorités et la souveraineté qui nous ont été donnés, en révisant toutes les choses appartenant à la paix et l’amitié que nous allons construire sous le nom de nos grands Seigneurs, en rassemblant au village du Gulistan se trouvant à proximité de la rivière de Zeyve sur les territoires du Karabagh après que nous ayons présenté nos actes de procuration.

ARTICLE I
L’hostilité et le conflit se trouvant entre l’Empire russe et l’Etat d’Iran jusqu’aujourd’hui se termineront à partir d’aujourd’hui et à l’avenir grâce au traité en question. On espère que la paix, l’amitié et les actes heureux seront réalisés entre les princes du Grand Empereur de la Russie et du Grand Seigneur d’Iran, les héritiers du trône.

ARTICLE II
On a mutuellement parvenu à un accord sur la fondation de la paix sous prétexte que tous les deux pays ont disposé les territoires, les Khanats et les propriétés via les premières relations (……………) entre les Etats. Dans ce contexte, les frontières entre l’Empire russe et l’Etat d’Iran seront comme suivant à partir d’aujourd’hui et à l’avenir: à partir du lieu appelé Adınabazar, jusqu’au passage d’Yeddibulag sur la rivière d’Araz et au plateau de Muğan avec une ligne plate, d’ici au lieu où la rivière de Kepenek se joint à la rivière d’Araz, en continuant jusqu’aux montagnes de Mehri avec la partie droite de la rivière de Kepenek et en faisant continuer la ligne d’ici avec les frontières des Khanats de Karabagh et de Nakhitchevan, jusqu’à la frontière de Dereleyz qui unifie avec les frontières d’une partie de la région d’Yelizavetpol (l’ancien Khanat de Gence) et des Khanats de Karabagh, de Nakhitchevan et d’Erevan aussi que les montagnes d’Alagöz, d’ici à la frontière d’Eşşekmeydan avec la frontière espérant le Khanat d’Erevan sur la région d’Yelizavetpol avec les territoires de Gazah et de Şemşeddin, d’ici jusqu’à Arpaçay entre Mastaras et Artikin avec les chaines de montagnes, la partie droite de la rivière, par le chemin d’Hemzeçimen, avec les montagnes de Pembek et les frontières de Şuragöl. En plus, parce que la région de Talış a passé de main en main lors de la guerre, pour s’assurer la justice, les frontières du Khanat aux parties de Zinzeley et d’Erdebil seront déterminés par les commissaires appartenant aux deux parties qui ont été choisi par une décision commune (Ils sont chargés de déterminer le description exacte et détaillé des territoires, des villages, des rivières, des montagnes, les lacs et des frontières naturels qui étaient sous la souveraineté de tous les deux parties sous la gestion du Commandant en chef) après la signature de ce traité; pour cette raison, on va déterminer les frontières du Khanat de Talış en basant sur  et ainsi tous les deux parties seront la propriétaire des territoires étant sous ses souverainetés. Pour les territoires qui restent en dehors des frontières, on va donner une assurance en basant sur  pour chaque partie après que les Commissariats de tous les Etats ayons examiné.

ARTICLE III
Pour la preuve des sentiments d’amitié de l’Empereur de la Russie pour sa propre nom et au nom des Princes du trône d’Iran, les Grand Schah accepte que tous les propriétés et les territoires se trouvant entre les Khanats de Gence qui ont été transformé en provinces sous les nom du Karabagh et d’Yelizavetpol aussi que les Khanats comme Şeki, Şirvan, Derbend, Guba, Baku et Talış (les territoires de ce Khanat se trouvant sous la souveraineté de l’Empire russe), y compris le Daghestan, la Géorgie (y compris la province de Şuragöle) İmperya, Quarra, Mingrélie et Abhazya et en même temps la ligne du Caucase fondé récemment (selon ce dernier et les territoires appartenant à la mer caspienne et les populations) appartiennent à la propriété de l’Empire russe.

ARTICLE IV
Afin de s’exprimer les sentiments mutuels de l’amitié pour le grand Schah d’Iran et de confirmer son désir de voir la souveraineté concrète dans ce pays étant un pays voisin, le Grand Empereur de la Russie promet qu’il va aider pour le renforcement du palais de l’Iran par l’aide du Palais de la Russie et pour empêcher les interventions des étrangers au Prince qui sera déterminé comme l’héritier du trône de l’Iran au sa propre nom et au nom des Princes. Si on se déroule les conflits entre les enfants du Schah à cause du gouvernement de l’Etat d’Iran, l’Empire russe n’interviendra pas si le Schah ne demande pas.

ARTICLE V
On donne aux navires marchands russes le droit d’approcher aux ports de la Russie et de circuler à proximité des bords caspiens. En cas de la réalisation d’un accident des navires, la partie iranienne aidera à la Russie en étant un ami. On donne aussi aux navires iraniens le droit d’approcher aux ports de la Russie et de circuler à proximité des bords caspiens. En cas de la réalisation d’un accident des navires, la Russie aidera mutuellement à l’Iran en étant un ami. Les navires de la guerre, seulement le drapeau militaire russe était existé à la mer caspienne pendant la guerre et en même temps de la paix. Dans le cadre de ce respect, le privilège précédent a été donné seulement à l’Etat russe à nos jours et les drapeaux appartenant à aucun pays ne peuvent pas se trouver à la mer caspienne sauf la Russie.

ARTICLE VI
Les prisonniers de tous les deux pays, les habitants appartenant à la religion chrétienne etc. seront libérés jusqu’à Karakilise (ici, les chefs des frontières travaillent en collaboration mutuelle pour accepter les prisonniers) en s’assurant la nourriture et les dépenses du voyage dans les trois mois après la signature du traité. Chaque personne qui a fuit en violant la loi ou par sa propre demande sera remporté le droit de retourner à sa propre patrie sans regarder la nationalité et ceux qui veulent retourner ne seront pas forcés. En plus, les personnes appartenant à toutes les deux parties qui ont fuit seront excusées ou pardonnées.

ARTICLE VII
En supplémentaire pour toutes les choses qui ont été écrites ci-dessus, le Grand Empereur de la Russie et le Grand Schah de l’Iran accepteront, en cas de besoin, les ministres ou ses représentants selon ses grades et l’importance de ses devoirs qui ont été envoyé aux palais de ce grands pays. Les représentants ou les ambassades qui ont été nommé pour s’assurer la sécurité du commerce aux villes ne peuvent pas avoir le personnel plus de dix personnes. Ils auront l’honneur et le respect conforment à ses niveaux en étant les officiers. En cas des oppressions, Il faut juger d’une manière juste la population appartenant à toutes les deux parties et Il faut aussi satisfaire ceux qui ont subi des oppressions.

ARTICLE VIII
Quant aux relations commerciales entre la population ayant les documents écrits qui confirment qu’ils appartienne à la population de la Russie ou l’Iran et qui ont été établis par les chef des frontières nommés par ses gouvernements, Ils ont le droit d’arriver à tous les deux Etats par la route ou la mer, de rester dans ces Etats selon le choix, d’envoyer les marchands, de quitter ces territoires sans l’empêchement, de vendre des biens qui ont été amenés des régions appartenant à l’Etat russe et mutuellement de l’Etat d’Iran et de changer avec les autres biens. Pour les conflits entre les marchands des tous les deux Etats, on va nommer les représentants ou les ambassades, si non les représentants locales, pour la négociation des demandes et de ses devoirs. Ses demandes seront évalués d’une manière juste, ses droits seront sous le garanti d’Etat et Il est strictement interdit de faire les oppressions et les interventions.
Les marchands qui sont arrivé à l’Iran peuvent aller aux autres pays étant les amis de l’Iran s’ils veulent. Pour réaliser cette situation, le gouvernement iranien est chargé de s’assurer les passeports nécessaires pour les passages libres de ces marchands. Pour les marchands iraniens qui veulent aller de la Russie aux autres pays étant ami de la Russie afin de réaliser les activités commerciales, on va respecter à la même procédure.
En cas de la mort d’une personne appartenant à la population de la Russie, ses propriétaires, biens et meubles seront donnés à ses amis o usa famille avec un ticket, sans regarder la nationalité et sans cacher parce qu’ils sont des personnes appartenant à la population de l’Etat amis. On va donner à ses familles le droit de vendre ces biens avec ses propres volontés.

ARTICLE IX
On ne peut pas demander aux marchands russes le taxe douanière plus de cinq pour cent selon les biens qu’ils ont amené aux ports ou aux villes de l’Iran. Même si ces marchands sont allés aux villes qu’ils veulent, on ne peut pas demander une deuxième taxe douanière. Selon les biens iraniens qu’ils ont amenés, on demande la même taxe. On ne peut pas demander aucune photo, taxe, taxe douanière avec n’importe quel prétexte. Les mêmes taxes peuvent être demandées une fois et avec le même prétexte selon les biens que les marchands iraniens ont importé d’ici et qu’ils ont amenés aux ports et aux villes de la Russie.

ARTICLE X
Afin de s’assurer la circulation libre du commerce sans obstacles et d’encaisser les photos légales des vendeur et des acheteurs sous le prétexte du volontariat et régulièrement pour le trésor public, après que les biens aient amenés aux bordes ou aux portes de tous les Etats ou aux villes des frontières par la route, on donne aux marchands le droit de vendre ses propres biens sans prendre le permis des officiers douaniers ou des chefs dont ils se trouve sous le contrôle et de vendre les autre biens ou de les changer.

ARTICLE XI
Apres que ce traité ait signé, les représentants de tous les deux grands Etats sont chargés d’envoyer mutuellement et immédiatement les informations nécessaires à tous les personnes concernées et d’envoyer les ordres pour l’arrêt immédiat des opérations de guerre.
Ce traité de paix qui a changé mutuellement, confirmé par les cachets en ayant signé par les représentants indiqués au-dessus de tous les Etats et écrits en deux exemplaires (avec la traduction en persan), ce traité de paix signé par le Grand Empereur de la Russie et le grand Seigneur du Schah d’Iran sera fondé et caché par les grands Seigneurs de tous les deux Etats.
Les exemplaires confirmés de ce traité seront mutuellement envoyés des palais de ce grands Etats et seront arrivés aux représentants indiqués au-dessus dans les trois mois.
Le traité a été signé le douzième jours du mois d’octobre en l’année de mille huit cents treize, avec le calendrier de l’Iran le vingt-neuvième jours du mois de Shawwal en l’années de mille deux cents vingt huit, dans le camp militaire russe au village de Gulistan se trouvant à proximité de la rivière de Zeyve au Karabagh.

Représentant et Commandant en chef en Géorgie, Nikolay Rtişşev

D’Iran Représentant du Grand Etat, Mirza Ebül Hasan Han



Lu: 6019