Page d’accueilli   » Conflit \"Haut-Karabakh\"    » Le rôle du lobby arménien dans le conflit   

Le rôle du lobby arménien dans le conflit

  



Bien que le séparatisme arménien s’est activé au Haut-Karabakh en février 1988, l’activité des arméniens du monde entier, plus précisement des fortes diasporas arméniennes aux Etats-Unis et en France dans la direction du soutien du séparatisme et la suppression de cette région de l’Azerbaïdjan avait commencé avant cela.

Au cours de ces années, les diasporas arméniennes d’un certain nombre des pays occidentaux et du Moyen-Orient ont augmenté le soutien financier aux organisations séparatistes arméniennes ‘Krunk’, au comité ‘Karabakh’ et à ‘Milatsum’ qui fonctionnaient d’une façon secrète en Arménie et au Haut-Karabakh. 

Au cours de la visite d’Abel Aganbekian en France en novembre 1987, qui est d’origine arménienne et sous-secrétaire aux affaires économiques du Président soviétique Michael Gorbatchev a fait un discours pour la première fois sur la nécessité d’unir le Haut-Karabakh en Arménie lors d’un rencontre avec un grouppe arménien.

Un article sur le discours d’Aganbekian a été publié dans ‘’L’humanité’’ qui est le journal des communistes français. Le discours d’Aganbekian à Paris est très vite devenu le sujet majeur des journaux et des magazines arméniens publiés à l’étranger ainsi que de la radio.

A la fin de 1987, les Etats-Unis se préparaient à la prochaine éléction présidentielle et le lobby arménien ne s’est pas tardé à soulever le problème du Haut-Karabakh tout en utilisant cette campagne. Pendant le congrès des républicains à New Orléans, les arméniens ont exigé d’introduire le problème ‘’Sur les peuples soviétiques voulant définir son propre destin’’ à l’ordre du jour. Cette question a été introduite dans l’ordre du jour et une déclaration soutenant les plans des arméniens a été acceptée.

Enfin, en février 1988, le séparatisme arménien s’est activé, les actions commencées à Khankendi ayant l’exigence de séparer le Haut-Karabakh et de l’unir en Arménie a été suivi par des attaques contre les azerbaïdjanais et la déportation obligatoire des azerbaïdjanais de l’Arménie a commencé. A ce moment, la diaspora arménienne a commencé présenter ces évènement en Occident comme ‘’violences contre les armeniens’’.

Comme il avait été dit dans le livre d’expert américain Svante Cornelli publié en 1999 sur le conflit du Haut-Karabakh, la diaspora arménienne en Occident a informé les médias de masse sur ce qu’un millions de personnes sont sorties sur les rues d’Erevan ‘’en tant que refus à l’agression de l’Azerbaïdjan aux arméniens’’.

Le 27 juillet 1989, le journal ‘’New York Times’’ a accepté la demande de 133 protecteurs des droits de l’homme qui étaient des Etats-Unis, de Canada et de l’Europe à la communauté mondiale. Il y avait aussi des arméniens parmi ceux qui avaient signé la demande. Dans la demande, il avait été prétendu que des violences pareilles à la « génocide arménienne » de 1915 sur le territoire de l’Azerbaïdjan RSS aux arméniens ont été commises et l’Azerbaïdjan avait exigé de mettre fin au blocus de l’Arménie.
Le sénat américain a accepté une résolution critiquant l’Azerbaïdjan au moment de l’élargissement des crimes des azerbaïdjanais par les arméniens au Haut-Karabakh en 1991 et la déportation de la population azerbaïdjanaise de leurs propres maisons. 

La diaspora et les lobbys arméniens avaient obtenu du succès pour la présentation de l’Azerbaïdjan comme un agresseur dans les pays occidentaux au début des années 1990. A ce moment-là, l’Azerbaïdjan était dans le blocus d’information.

L’une des principales missions du lobby arménien était de financer les actes terroristes arméniennes au Haut-Karabakh et les attaques armées aux azerbaïdjanais.

Dans les années 1990-1994, la diaspora arménienne aux Etats-Unis a envoyé des dizaines de millions de dollars en Arménie afin de financer la guerre au Haut-Karabakh. En outre, ‘’Dachnaksutun’’ et le Comité National d’Arménie en Amérique étaient occupé de transmette des rémunérés et bénévoles en Arménie et aux territoires occupés de l’Azerbaïdjan, ainsi qu’acheter et transmettre des armes pour l’armée arménienne et les forces armées.

Le Sénat américain a apporté la 907ème correction à l’Acte de Protection de Liberté et a interdit d’aider à l’Azerbaïdjan au moment où les territoires azerbaïdjanais avaient subi des grandes attaques par l’Arménie en 1992. Ceci était le résultat des efforts du lobby arménien.



Lu: 24830