Page d’accueilli   » LES COMPLICATIONS    » Les dangers de la mine   

Les dangers de la mine

  



Après avoir obtenu le cessez le feu entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie en 1994, le problème de mine et les terres contaminés avec des munitions non explosées s’est montré dans les territoires des régions Fuzouli, Tartar, Aghdam, Goranboy dont une partie était libérée d’occupation ainsi que le long de la ligne de contact. Les forces arméniennes occupées les territoires azerbaïdjanais ont enfouit beaucoup de mines dans ces territoires et malgré l’obtention du cessez le feu les explosions de mines ont causé la perte des vies humaines aux zones frontalières. Le débarrassage des mines et les travaux de reconstruction dans les territoires touchés par la guerre ont débuté depuis 1996. Cependant la nécessité d’un organisme d’état pour s’occuper de ces problèmes a été néé car ils exigeaient de grandes quantités d’argent, des experts professionnels, l'étude de la pratique internationale, l'acquisition de moyens techniques modernes. l'Agence Nationale pour l'Action Antimines des Territoires Azerbaïdjanais (ANAMA) a été créé en 1998 pour l'action antimines des territoires, la création d’un environnement sûr pour la résidence et le travail des habitants dans les territoires touchés par la guerre. Paralèllement aux opérations de déminage, l’Agence réalise aussi des programmes sur l'éducation du danger des mines et l’assistance aux personnes touchées par les mines. Grâce à l’Enquête sur l'Impact des Mines 480 communautés touchées par les mines et 163 communautés touchées par des Munitions Non Explosées ont été découvertes. Il a été défini que 970 zones susceptible de constituer une menace ont eu une influence négative sur la vie et la sécurité d’environ 514 000 personnes. Jusqu'à présent, 661.983 mines, des obus, des grenades et autres explosifs, des armes et des munitions ont été détectés et neutralisés par l’agence dans une zone de 164 796 810 m². Chaque an 18-20 millions m² des zones contaminées des régions frontalières sont arrangés. Toutefois, depuis le début du conflit du Haut-Karabakh jusqu’à aujourd’hui 2500 personnes ont été touchées à la suite de l'explosion de mines dont 366 parmi eux sont décédés et un peu plus de 2000 ont été bléssés. Il y a 47 enfants, 10 femmes, 309 hommes parmi les décés. Parmi les bléssés il y a 228 enfants, 40 femmes et 1735 hommes. Les experts ont noté qu’il est impossible de déterminer l'échelle de la pollution de mines et des MNE dans les territoires occupés. A part le Haut-Karabakh,  les régions Jabrail, Zangilan, Gubadli, Latchine et Kelbadjar et quelques parties des régios Fuzouli, Tartar, Aghdam sont sous le contrôle des forces armées arméniennes. On estime qu’entre 50 000-10 000 mines ont été placées dans une zone de 350-830 millions km² dans ces territoires ayant un niveau élevé de pollution de mines et MNE. Les opérations de déminage par l'Agence continuent actuellement à l'Agdam, Agjabedi, Barda, Fizouli, Goranboy et Terter.



Lu: 959