Page d’accueilli   » Conflit \"Haut-Karabakh\"    » Le processus de négociations    » Les négociations de 1998   

Les négociations de 1998

  


Au mois de mars de 1998, une fois que Robert Kocharian est venu au pouvoir, l’Arménie a officiellement repris son accord sur les propositions de « la solution progressive » du conflit au cours de la prochaine visite des coprésidents à la région. Ainsi la chance la plus réelle née à ce moment là pour la résolution du conflit est perdue. Le 9 novembre 1998, les coprésidents ont présenté de nouvelles propositions basée sur le concept d’ « Etat commun ». Selon ce concept, sous la forme de république, le Haut-Karabakh devait obtenir le statut de l’unité d’état et territoire et dans le cadre des frontières d’Azerbaïdjan reconnues internationalemment, l’état commun devrait être organisé avec l’Azerbaïdjan. Azerbaïdjan a rejeté ces propositions car elles étaient contraire à sa souveraineté et aux principes de Lisbonne. Depuis lors, aucune nouvelle proposition n’a été proposée et le processus de Minsk est resté dans une situation désespérée. Plus tard, Vardan Oskarian, le ministre des Affaires Etrangères de l’équipe de Robert Kocharian avait avoué qu’à cette époque, le modèle d’ « Etat commun » proposé par la Russie pour la résolution du conflit en Transnistrie était proposé aux coprésidents pour que la partie arménienne gagne du temps dans les négociations au moment où le droit international, la communauté mondiale soutenaient la résolution du problème dans le cadre de l’intégrité territoriale d’Azerbaïdjan. 




Lu: 866