Page d’accueilli   » Conflit \"Haut-Karabakh\"    » Le processus de négociations    » Les négociations de 1992   

Les négociations de 1992

  


Le 30 janvier 1992, au moment où le conflit s’est aggravé, Azerbaïdjan et Arménie devenus des républiques indépendantes ont été acceptés membres de l’OSCE, pendant la réunion du Conseil des ministres tenue à Prague. Dans cette réunion, l’organisation a décidé d’envoyer une mission à la région pour qu’elle s’occuppe du problème de la résolution du conflit de Haut-Karabakh. Cette mission a visité la région du conflit le 13 février. Ceci a été la première initiative internationale afin de parvenir à la paix dans le conflit de Haut-Karabakh. Cependant, la mission n’a rien obtenu et le nettoyage ethnique realisé par les forces armées arméniennes dans les villages peuplés par les azerbaïdjanais du Haut-Karabakh s’est poursuivi. Enfin, au mois de mars de 1992, pendant la réunion de l’OSCE à Helsinki, une décision a été prise à propos de tenir une conférence à Minsk sur le règlement du conflit de Haut-Karabakh. A propos de la conférence de Minsk, le format du travail – le groupe de Minsk a été créé avec la participation d’Azerbaïdjan, Arménie, le pays hôte- le Bélarus ainsi que la Tchécoslovaquie (la République tchèque et la Slovaquie depuis 1993), la France, l’Allemagne, l’Italie, la Russie, la Suède, la Turquie et les États-Unis (seulement 12 pays). Plus tard la conférence de Minsk ne s’est pas réalisée mais le groupe de Minsk s’est formé comme une institution de médiation au conflit de Haut-Karabakh. (Depuis 1997, l’institut trio de coprésidence se fonctionne avec la participation des Etats-Unis, la Russie et la France) Pendant cette période, la réalisation de la conférence de Minsk de l’OSCE pour le but d’obtenir la paix dans le conflit de Haut-Karabakh s’est observée avec l’activation de l’Iran. 

L’Iran possèdant des frontières terrestres avec les deux parties du conflit a fait un discours avec l’initiative des pourparlers directs entre les présidents azerbaïdjanais et arménien. En conséquence, le 7 et 8 mai 1992, une réunion des dirigeants de l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’est réalisée à Téhéran (Yagub Mammadov et Levon Ter-Petrossian).  En tant que résultat d'un débat de deux jours une déclaration conjointe a été adoptée sur le règlement pacifique du conflit du Karabakh. Toutefois, au moment des négociations à Téhéran, les forces armées arméniennes ont attaqué à Chucha et le lendemain de l’adoption de déclaration de Téhéran, la ville a été occupée. En été 1992, les combats en Haut-Karabakh se sont aggravés et le premier juin, des négociations à propos du reglèment du Karabakh ont commencé à Rome sous les auspices de l’OSCE. Azerbaïdjan et Arménie, ainsi que les représentants des pays représentés au sein du groupe de Minsk ont participé dans les discussions. Il s’agit d’un accord sur le format qui a été obtenu pendant le sommet de Helsinki de l’OSCE au mois de mars de la même année. Toutefois, les négociations de Rome n'ont pas produit de résultats et des initiatives visant à la cessation des opérations militaires sont restés sans résultats.



Lu: 861