Page d’accueilli   » SOCİAL    » Le développement social-culturel   

Le développement social-culturel

  



Grace au fait que, d’une part, le Haut-Karabagh ait resté à l’intérieure des frontières de l’Azerbaïdjan comme ses territoires historiques et que l’on ait gardé les traditions sur la fidélité historique aux autres territoires de l’Azerbaïdjan et, d’autre part, que l’Azerbaïdjan a fait l’attention à la région et la Région autonome du Haut-Karabagh; on a formé l’environnement important pour le développement social, politique et économique de la région jusqu’aux années 1970. Mais, à la fin des années 1980, les arméniens ayant les objectifs de séparer le Haut-Karabagh de l’Azerbaïdjan ont commencé à ignorer cette réalité. 

Il est possible d’observer la haute augmentation du développement de la Région autonome du Haut-Karabagh en restant à l’intérieure des frontières de l’Azerbaïdjan selon les publications de la Direction de la Statistique de Région. Dans une des ces publications, on a évolué la situation dans le domaine de la culture, l’économie, du médecin etc. en 40 ans à partir de la formation de la région autonome (1923-1963): 
“Avant la révolution (avant la révolution de Septembre 1917), Il n’y avait pas des établissements secondaires d’enseignement, les bibliothèques populaires et les théâtres dans le Haut-Karabagh. Il y avait seulement trois établissements culturels privés, un cinéma privé et un bâtiment de théâtre à la ville de Şuşa. Aujourd’hui, Il y a cinq établissements secondaires d’enseignement ayant milles étudiants dans le Haut-Karabagh. 164 bibliothèques ayant plus de 930 milles exemples de livre s’y trouve. 150 de bibliothèques publiques se trouvent aux villages. Le nombre de livre dans ces bibliothèques est de l’environ 630 milles. Il y a le Theatre dramatique arménien d’Etat de M.Gorki et l’Orchestre de la musique et de la danse d’Etat à la ville de Stepanakert. 176 clubs réalisent ses activités à la région. Le Haut-Karabagh a aussi des établissements d’enseignement. Le journal "Sovetakan Karabah" en langue arménienne est publié à partir du premier jour où la Région autonome du Haut-Karabagh a été fondée. 
Au début des années 1963, le Haut-Karabagh avait de 1,4 milles tracteurs, 224 vendangeurs, 670 véhicules de charge et les milliers des machines agricoles dans le secteur d’agriculture. On a fait des grands progrès pour l’augmentation du potentiel industriel de la Région autonome du Haut-Karabagh pendant 40 ans. La fabrication totale de l’industrie a augmenté à 341% et la fabrication de l’énergie électrique a augmenté à 945% en 1962 en comparaison à celles en 1940. La vie socioéconomique de la région a largement développé après le milieu des années 1960.”
La comparaison des données sur le développement social et économique de la Région autonome du Haut-Karabagh, la RSS d’Azerbaïdjan et la République socialiste soviétique autonome du Nakhitchevan dans les années 1965-1987 confirme l’augmentation rapide de la région autonome. Bien que le nombre de ceux qui travaillent dans le secteur de l’industrie parmi 10 milles de personnes en 1987 ait été de 686, et de 387 au Nakhitchevan, ce nombre dans la République autonome du Haut-Karabagh était de 657. Le nombre total des produits agricoles par personne a augmenté jusqu’à 588, 501 et 692. 
Les données du développement socioéconomique du Haut-Karabagh étaient plus élevées que les données sur la base de la RSS d’Azerbaïdjan et la RSS d’Arménie et de l’URRS. Le nombre de lit d’hôpital pour chaque 10 milles de personnes était de 86,2 pour la RSS d’Arménie, de 97,7 pour la RSS d’Azerbaïdjan et de 101,7 pour la Région autonome du Haut-Karabagh. Les résultats obtenus dans le domaine du développement social et économique de la région ont été particulièrement soulignés à la partie d’entrée selon la décision du 24 Mars 1988 concernant le développement socioéconomique de la Région autonome du Haut-Karabagh acceptée par le Conseil des Ministres de l’URRS et le Comité du Parti communiste de l’Union soviétique par l’effort spécial des arméniens. 



Lu: 4911