Page d’accueilli   » L’ARCHITECTURE    » A propos de l’architecture du Karabakh    » Moyen Age   

Moyen Age

  


A la fin du VIIème siècle, la partie du sud de l’Azerbaïdjan a entré dans la souveraineté arabe, la partie du nord a resté sous sa propre souveraineté. La nouvelle religion, l’Islam, s’est répandue dans le pays. L’une grande majorité de la population a adopté cette religion, une petite partie de la population a resté comme chrétien. En bénéficiant de l’environnement créé, l’église arménienne a envoyé une nouvelle au califat Ilya Abdulmelike que les chrétiens albanais de l’Azerbaïdjan vont organiser les manifestations contre lui et le califat a donné un ordre, comme un prix, sur lequel l’église albanais d’Apostolat sera entré en 705 sous l’administration d’église grégorienne arménienne. Ensuite, le nouveau processus des arméniens a commencé aux hautes parties du Karabagh. 
L’une nouvelle étape a commencé en Azerbaïdjan par l’adaptation de l’Islam. Le centre du califat au nord était Karabagh (la ville de Berde). A partir du VIIIème siècle, le développement de l’architecture chrétienne s’y est arrêté et  le style de l’urbanisme musulman a été adopté. 
La formation des bâtiments en nouveaux types conformément aux demandes islamiques n’a pas empêché le développement des traditions architecturales qui ont été antérieurement créés. Selon les recherches, les mosquées aussi que les temples chrétiens albanais aux villes azerbaidjanaises ont été gardé. Il se trouve assez d’information sur ce sujet dans les sources persanes et arabes. La tendance de la religion islamique pour les religions monothéistes a été calculée et ainsi les monuments appartenant à ces religions ont été gardés. Ces monuments étaient l’héritage morals et matériaux des populations qui ont adopté l’Islam au milieu du VIIème siècle et le Christianisme au IVème siècle. Les plus beaux exemples de cela sont les temples albanais protégés au Karabagh. 
Grace au développement du califat tant au Moyen Orient qu’en Azerbaïdjan et au Karabagh, les villes et les mosquées ont été construites en nouveau style. Les résultats des fouilles archéologiques réalisées au Karabagh confirment le haut design des divers bâtiments. 
Le style de la contemplation idéologiques et morale-matérielle a trouvé sa place dans la culture de construction dans la structure des villes comme Ağdere, Kelbecer, Hocavend, Şuşa, Hankendi, Terter, Fuzuli, Cebrail, Ağca, Laçin, Kelbecer et Zengilan.
Les sources arabes confirment l’existence des belles maisons construites en briques et les marchés fermés. Il faut noter qu’il est possible de voir ces monuments dans l’Orient musulmane. Au moment où les écoles architecturaux de Şirvan-Abşeron et de Nakhitchevan -Marağa se sont répandu aux XIème et XIIème siecles, l’école architecturale de Karabagh avait aussi réalisé ses activités. Cette situation montre le développement de l’architecture de l’Azerbaïdjan pendant le Moyen âge. 
Les monuments précieux culturels et historiques sont comme suivants: à la région de Fuzuli - le sanctuaire de Cheik Yakup (XIIème siècle), la mosquée de Cuma au village de Koç Ahmet, la mosquée d’Hacı Alesker au village d’Ahmetteller, la mosquée de Mir Ali (XIVème siècle) et les temples appartenant au XIVème siècle, les sanctuaires de Cheik Ibrahim(XVIIème siècle) et d’Ahmed Sultan Celal (XIXème siècle), la mosquée de Cuma à Horadiz, le château d’Eskeran au Haut-Karabagh, le sanctuaire d’Hankendi, à la région de Cebrail - le "Château des filles", le temple en 12 cotes à la région d’Ağdam, le château de Şahbulak à proximité des villages d’Haçin et de Turbatlı, la mosquée de Şahbulak, la mosquée de Cuma à Ağdam, le sanctuaire de Penah-Ali Han et sa génération, le hammam se trouvant au village d’Abdal-Gülablı (XXème siècle), le sanctuaire du Père Ehsedem à la sous-préfecture de Berde (XIVème siècle), la mosquée d’İmamzade (XIXème siècle), la mosquée de Behmen Mirza; la mosquée de caravansérail en 8 cotes à Şuşa, le château de Penahabad (Şuşa), la maison de Natavanin, la mosquée de Mamayı, la mosquée de caravansérail de Meşedi Şükür Mirsiyab, la mosquée de Culfalar, et les mosquées d’Hacı Yusifli, de Saatli, de Haut Gövherağa, de Bas Gövherağa (XIXème siècle), la maison du Khan, le bâtiment du gymnasium; à la région de Laçin – la tombe de karasakkal, le Château d’enfant aux villages de Sultan baba, de Cheik Ahmet , de Sarı Aşık (XVème siècle) et de Kuşçu, la grande fontaine (XVème siècle); à la région d’Ağcabedi – le château de Bayat (XVIIIème siècle), le Palais d’Hamse Soltan. L’une grande majorité de ces monuments se forme la base des structures de Mémorial. La majorité de ces monuments ont été détruits dans un environnement sous l’occupation de l’Arménie. 
Selon les sources écrites du Moyen âge, Il est possible de trouver les informations sur les châteaux, les châteaux de ville, les palais et les autres monuments architecturaux au Karabagh. Le voyageur arabe du XIIIème siècle nommé Yakut el-Hemevi donne des informations sur les bâtiments construits en briques cuits et pierre et le Château d’İzz, le château de Şamhor, le Château de Kazanç à la ville de Berde dans son œuvre nommée "Mücam el-buldan". Selon lui, le mot "Kazanc" désigne "un lieu secret". Le voyageur du XIIIème siècle nommé Hamdullah Kazvini a appelé la place entre les rivières de Kür et d’Aras comme “la ville d’Aran” dans son œuvre "Nüzhet el-kulûb". L’œuvre montre que le nom de la ville de Berde a été donné par Alexandre le Grands. Ensuite, le Khan sassanide nommé Qubad bin Firuz a réalisé les travaux de construction et de la reconstruction. Les informations sur les ponts d’Hudaferin sont très intéressantes. Selon lui, le pont à proximité de la rivière d’Aras (avec 11 canaux) a été construit par Berk bin Abdullah étant un des hommes proches du Prophète Mohammed dans l’année 15 selon le calendrier islamique (636). Pour cette raison, le pont est appelé comme "Hudaferin", c’est-à-dire "le pont créé par Dieu". Le pont avec quinze canaux a été construit par Diya el-Mülk Naxçıvani à proximité du centre commercial de Karkar. Le voyageur arabe du IXème siècle nommé İbn Hordadbeh a dit que les villes de Berde et de Beylegan ont été couvertes par les briques dans son œuvre nommé "le livre sur les routes et les pays ".



Lu: 6889