Page d’accueilli   » LE CONFLIT À CE    » Le Conflit D’Haut-Karabakh au Conseil Européen   

Le Conflit D’Haut-Karabakh au Conseil Européen

  



L’histoire des relations entre le Conseil Européen et Azerbaïdjan commence en 1992. A cette époque la République d’Azerbaïdjan, qui a récemment jouit l’indépendance, a essayé de fondre de la coopération sûre avec les institutions internationales puissantes du monde et elle a fait des pas importants à cet effet. En 1992 Azerbaïdjan s’est adressé au Conseil Européenne par la demande de délivrance de statut de « visiteur privé invité ». Mais le Conseil Européen n’a pas répondu à cette démarche pour long temps. 
Ceci a considérablement effectué le processus de solution de conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan en conclusion. Le Conseil Européen a donné lieu aux commentaires injustes et intentionnels dans les premiers documents qu’il a acceptés sur ce conflit et il n’a pas tenté d’expliquer la nature réelle du problème.
En Février 1992 la Comité des Relations avec les pays Européens non membre de Conseil Européen de l’Assemblée Parlementaire de Conseil Européen a accepté la première déclaration sur le conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Au sein de document exprimant l’inquiété senti de perversion de la situation à Haut-Karabakh, on a conseillé aux parties de publier l’armistice  et d’arrêter le conflit par des voies pacifistes. Dans cette déclaration, il s’agissait également de demande d’apport des forces des Nations Unies à la région de conflit avec l’Arménie.
En 12 mars de la même année le Conseil des Ministres de Conseil Européen a accepté la déclaration sur le conflit. Dans ce document aussi le problème n’est pas évalué objectif et la nature réelle n’est pas expliquée. La Comité des Ministres de Conseil Européen (AK) a essayé d’exposer une attitude neutre que possible. 
En Avril 1993 on a accepté une autre déclaration sur le conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan auprès de Comité des Ministres d’AK. Selon la déclaration la Comité des Ministres d’AK, l’ONU appuyant les demandes sur la construction de paix dans la région, elle exigeait l’arrêt tout de suite des opérations. Malgré la Comité des Ministres d’AK s’est exprimé l’inquiété qu’elle a senti de la densité des conflits à Kelbecer, on ignorait que cette province a été occupé par les occupants arméniens. 
Un autre fait, qui montre que Conseil Européen exposait une attitude injuste sur le conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, est vécu en janvier 1994. Ainsi quant la Comité de Coopération avec les Etats Européennes non membre d’AK de l’Institution conseillait le commencement des négociations sur la solution de conflit à Strasbourg, il a invité aussi les représentants de régime séparatiste à Haut-Karabakh aux négociations. Ceci est abouti avec la non réalisation de négociation et la partie d’Azerbaïdjan a expliqué qu’elle ne va participer à aucune négociation à ce format. 
Peu temps après en juillet 1994, on a fait des négociations sur le conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan à l’initiative de Conseil Européen. L’Azerbaïdjan a participé à ces négociations tout en considérant la nécessité de progression des relations avec l’AK.  A la fin des négociations on a décidé d’envoyer à la région une délégation sous la présidence de David Atkinson, le Président de Comité des Relations avec les Etats Européennes non membre d’AKPA. 
Le 14 Novembre la délégation en question a visité Azerbaïdjan. Quelques jours avant ceci, le 10 Novembre l’Assemblée Parlementaire de Conseil Européen a rendu sa première décision sur le conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. La décision intitulée « Sur le Conflit d’ Haut-Karabakh », qui n’estimait pas le problème d’une façon juste, a également falsifié sa nature. 
Le 28 Juin 2000, le Conseil Européen PA a pris la décision d’accepter l’Azerbaïdjan comme membre possédant les droits égaux avec l’institution. Le 17 Janvier 2001, le Cabinet du Conseil Européen a pris un pas pareil et a fait cette décision prendre l’effet légal. Le 25 Janvier de la même année, on a organisé une cérémonie d’acceptation de l’Azerbaïdjan au Conseil Européen et donc un nouveau niveau a commencé dans l’histoire des relations de notre pays avec l’Europe. Le Conseil Européen a commencé à publier des documents reflétant les vérités à propos du conflit de l’Arménie – l’Azerbaïdjan et le Haut-karabakh à partir de la première session grâce à l’activité diplomatique et aux initiatives d’İlham Aliyev de la délégation représentant l’Azerbaïdjan dans PA.
Au mois du Janvier de l’année de 2001 durant la session où l’adhésion de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie au Conseil Européen, le parlementaire George Taylor de l’Angleterre a parlé de la violence que les Arméniens ont commise dans le Haut-karabakh. Il a déclaré que l’on y a ouvertement violé les droits humains et que les Arméniens ont assumé un principe envahisseur contre l’Azerbaïdjan. G. Taylor a souligné que les réfugiés et les immigrants obligatoires vivaient sous les conditions lourdes et qu’il fallait que le Conseil Européen doive prendre des pas sérieux à propos de ce sujet.
Dès cela, le Comité de l’Azerbaïdjan a pu faire des travaux envers la manifestation du principe de l’invasion de l’Arménie dans le domaine international. Grâce aux activités actives du Comité de l’Azerbaïdjan, on a critiqué le principe envahisseur de l’Arménie dans le document officiel du meeting de la période numéro 108 du Cabinet.
L’Azerbaïdjan a activement participé dans les débats à propos de « la Lutte Contre les Crimes Organisés Economiques et Transnationaux de l’Europe » durant le meeting du Conseil Européen PA à Strasbourg le 24 Avril 2001.
Dans le meeting de période, le Comité d’Azerbaïdjan a préparé une proposition spéciale qu’il y a des otages et des esclaves Azerbaidjanais en Arménie et au Haut-karabakh et l’a distribuée aux parlementaires. Dans ce document, on a déclaré qu’après l’invasion de nos terrains, 4959 personnes ont été perdues, que 1092 de ces personnes ont été libérées entres les années de 1992 – 2001 et que 176 d’elles étaient malades. On a déclaré dans ce  document que l’on gardait 783 esclaves dans les terrains de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan et 18 de ces esclaves étaient enfants, que 43 étaient femmes et que 56 étaient vieux.
Le meeting de période d’été de l’an 2001 a été gravé dans les mémoires avec l’activité stressante et fructueuse du Comité d’Azerbaïdjan. La demande que le Conseil des Parlementaires de l’Assemblée Nationale de l’Azerbaïdjan et que le député  Gültekin Hacıyeva a présenté au Cabinet le 26 Juin contenant le sujet « il faut que l’Arménie reconnaisse l’intégrité de terrain de l’Azerbaïdjan » a été distribuée aux parlementaires du Conseil Européen PA dans l’Assemblée des Parlementaires du Conseil Européen comme un document officiel.
Deux documents plus importants que le Comité d’Azerbaïdjan a préparés ont été distribués aux parlementaires du Conseil Européen PA comme document officiel le 27 Juin. Le document à propos de la destruction et l’usurpation des monuments culturels de l’Azerbaïdjan par les Arméniens a été signé par 18 parlementaires. Dans ce document, on a écrit que les Arméniens détruisait le patrimoine national et spirituel de l’Azerbaïdjan en envahissant 20 % des terrains de l’Azerbaïdjan à la fin de l’invasion Arménienne contre la République d’Azerbaïdjan.
Au mois du Septembre de l’an 2001, le Président du Conseil Européen PA, Rassel Jonston est arrivé à Bakou. R. Jonston qui a fait beaucoup de débats importants pendant son voyage a expliqué son attitude à propos des « choix » illégaux que le régime discriminateur régule dans le Haut-Karabagh. Il a déclaré que le Conseil Européen ne reconnaissait pas ses choix et que le Haut-Karabagh était une partie inséparable de l’Azerbaïdjan. Le président du Conseil Européen PA a confirmé plusieurs fois que l’Arménie a envahi les terrains de l’Azerbaïdjan.
Au mois de l’Avril de l’an 2002 durant le meeting de période de printemps du Conseil Européen PA, le Comité d’Azerbaïdjan y a activement participé et est arrivé à faire publier beaucoup de documents importants à propos de beaucoup de sujets. Un des documents dits était le document « à propos des Technologies et Déchets Nucléaires sur les Terrains Envahis de la République d’Azerbaïdjan ». Dans ce document, les vérités que l’Arménie a enterré des déchets nucléaires dans les terrains envahis et qu’il y a des technologies nucléaires. Le document que 80 parlementaires et 30 gouvernements ont payé est entré parmi les documents officiels du Conseil Européen PA.
Au mois du Juin de l’an 2002 durant le meeting de période d’été du Conseil Européen PA, le Comité d’Azerbaïdjan s’est assure l’avancement à propos de plusieurs sujets, et que l’on prend des pas avec succès envers l’informatisation des membres de l’institution à propos du conflit de l’Arménie – l’Azerbaïdjan et le Haut-Karabagh.
En septembre 2002 on a fait une négociation sur la réalisation des charges d’Arménie et d’Azerbaïdjan contre l’AK. Sur l’insiste d’Azerbaïdjan on a fait des modifications sur les vrais raisons de l’occupation des terres d’Azerbaïdjan par Arménie, l’expulsion des réfugies et des émigrants obligatoires de leurs pays par la suite de cette occupation, et du Conflit d’Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Ces problèmes ont pris lieu également dans les décisions appartenant à Azerbaïdjan. 
Le 27 Janvier 2003 İlham Aliyev, le président de délégation d’Azerbaïdjan, est élu pour la qualité de vice-président et d’adhésion d’AK PA.   
Le premier pas de Monsieur İlham Aliyev, qui a commencé à l’activité  à AK PA, au cours de cette mission, consistait de transmission à l’opinion publique internationale de la politique violateur d’Arménie. Au cours de la réunion de période en question on a négocié le conflit d’Haut-Karabakh d’Arménie et d’Azerbaïdjan au bureau d’AK PA. Au cours des négociations en critiquant la politique violateur d’Arménie contre Azerbaïdjan, on a expliqué que ceci ne correspond aux normes juridiques universels.
La délégation d’Azerbaïdjan a fait des travaux importants même au cours de la réunion de la période d’été de 2003. Au cours de cette réunion périodique on a réalisé des négociations sur le sujet de « Expérience Positive des Provinces Autonomes en Europe » sur un sujet dépendant directement aux problèmes rencontrés par notre pays. 
Dans un court délai les délégués azerbaïdjanais ont pu expliquer à l’opinion publique mondiale de centre de l’Europe, les vérités sur le conflit d’Haut-Karabakh d’Arménie et Azerbaïdjan. Les actions de génocide commis contre les azerbaïdjanais par les arméniens, la destruction des monuments de civilisation sur les terres occupés, les conditions de vie des esclaves et otages de guerre, la situation écologique des terres occupées par les arméniens, les problèmes vécus dans l’éducation des enfants réfugies et émigrants obligatoires et des dizaines des problèmes pareils ont présenté l’opportunité de percevoir d’une façon claire et objective  la nature des événements dans la région pour l’Europe entier.  
Ils continuent encore leur activité au sein d’AK PA à la délégation d’Azerbaïdjan et ils font durer la lutte de transmettre à l’opinion publique mondiale les vérités d’Azerbaïdjan et de Karabakh.



Lu: 5023