Page d’accueilli   » Division Administrative    » Les villes et les régions    » Hankendi   

Hankendi

  



Hankendi est la ville centrale dans la République d’Azerbaïdjan. L’envergure administrative inclut la ville de Hankendi et la petite ville de Kerkicahan. Sa population est de 53,100 (2008). Hankendi appartient à l’entourage administratif de la préfecture d’Esgeran.
Après l’implémentation de la dominance Soviétique, la loi « à propos de la Construction de l’Etat Autonome du Haut-Karabagh » a été acceptée le 7 Juillet 1923. Avec cette loi, la ville de Hankendi est devenue le centre de l’Etat. Pour un court temps, la ville s’est appelée « Stepanaert » au nom de Stepan Şaumyan.
En 1991, avec la loi de l’Assemblée Nationale de la République d’Azerbaïdjan, cette injustice a été enlevée et le nom de la ville a été changé au nouveau comme « Hankendi ».
Hankendi était plus jeune que les autres villes Azerbaidjanaises. A l’époque du Khanat de Karabagh qui était un Etat indépendant Azerbaidjanais selon les documents des archives, c’est-à-dire à la fin du 18ème siècle, cet endroit a été construit comme l’endroit de repose des khans. Cet endroit a été construit de 10 kilomètres de distance du capitale du khanat de Penahabad (Şuşa d’aujourd’hui) en ayant pris compte de ses conditions convenables. En construisant cette ville, on a pris compte de sa proximité avec les autres villes et villages du khanat – Ağdam, Hocalı, Malıbeyli, Kerkicahan et autres. Dans les autres unités d’habitation, le public local – les Azerbaidjanais y vivaient. Dans les premières années, c’était seulement le khan et ses proches qui vivaient à Hankendi. C’est pourquoi la ville était connue comme « Hanın Kenti » (la Ville du Khan) parmi le public. Après un court temps, on a commencé à appeler cet endroit Hankendi.
L’invasion de Karabagh par les Russes a influencé considérablement le destin de Hankendi comme ceux des autres régions. Son structure démographique a été détruite aussi. En 1813, quand il n’y avait aucun Arménien ni Russe à Hankendi, il y avait 80 maisons Arméniennes, 52 telles Russes et une église en 1847. Après l’invasion de la Russie, le quartier général du corps d’armée de cavaliers de Caucase de l’Armée de la Russie s’y est installé. Bien que les officiers Arméniens et Russes l’appellent « quartier général », le nom officiel de la ville a été enregistré comme « Hankendi » dans les cartes Russes en 1847. Après l’invasion de la Russie, on y a installé des Arméniens qui ont été fait immigrer de l’Iran. Par ailleurs, les Arméniens qui s’y sont installés dépendant de la « confiance » qu’ils avaient donnée ont été engagés dans les institutions d’état ainsi que les troupes militaires de l’armée Char. En 1900, la population était de 3 milles à Hankendi. On y a aussi ouvert une école qui comprenait deux salles de cours. En conséquence des politiques dont les buts étaient clairs, le nombre de la population des Arméniens et des Russes a énormément augmenté à partir du début du dernier siècle. En addition, il y avait beaucoup de personnes de la génération du khan, beaucoup d’intellectuels, musiciens et artistes qui ont vécu dans la ville. Malgré le principe d’exclusion, c’était eux qui pouvaient s’exprimer le plus à Hankendi.
Grâce aux politique du gouvernement de la République Indépendante d’Azerbaïdjan et aux opérations de l’Armée de l’Azerbaïdjan, les accusations contre le Haut-Karabagh et contre Hankendi ont été éliminées.
Au mois de l’Octobre de l’année de 1988, les Arméniens ont chassé de la ville tous les Azerbaidjanais qui ont vécu dans la ville de Hankendi. Le 26 Décembre 1991, Hankendi a été complètement envahie et est toujours sous contrôle des Arméniens. Serj Sarkisyan, le président actuel de la République d’Arménie, l’ancien président Robert Köçeryan et l’écrivain nationaliste Zori Balayan qui a joué un rôle important dans l’aggravation de la polémique de Karabagh étaient aussi habitants de Hankendi et citoyens de l’Azerbaïdjan.




Lu: 4057