Page d’accueilli   » LES COMPLICATIONS    » Le dégât mis à l’agriculture   

Le dégât mis à l’agriculture

  


La région du Haut-Karabagh qui était sous l’invasion était une grande région d’agriculture de l’Azerbaïdjan. La région de Petite Caucase qui était sous l’invasion et qui avait des plateaux convenables de vallées et de pieds de montagnes et qui avait une bonne humidité offre de grands occasions en application du développement des domaines de botanique et d’élevage de l’agriculture. Dans le secteur de l’agriculture, la production de forage, la viticulture, le buraliste, la production de pommes de terre, la production de coton, de viande et de lait et en particulier l’élevage des moutons se sont développés davantage.
L’intérêt envers le secteur de viticulture du Haut-Karabagh qui était déjà développé a augmenté davantage après les années 1970. Avec le développement de la viticulture et de la production de vin, on a fondé de grandes fermes où se trouvaient les usines de la nouvelle technologie pertinente et de vin. Un des produit les plus importants que l’on produisait dans la région était tabac.

A la fin de l’invasion de l’Arménie, plusieurs secteurs d’agriculture actifs dans la région, fermes collectives, fermes d’agriculture d’état, associations de productions et compagnies d’agricultures se sont arrêté leurs activités. Donc, on a fermé 311 établissements d’agriculture, 145 établissements de viticulture et de vin ornés de la nouvelle technologie, en particulier la ferme d’élevage de cheval d’Ağdam qui élevait les célèbres chevaux de Karabagh, 135 fermes collectives et 31 fermes partenaires. 1365 véhicules et les véhicules de remorque qui formaient la substructure du secteur d’agriculture et 3425 différents tracteurs de culture et de remorque, les machines de grains et de coton…etc. ont été sous l’invasion car on n’a pas pu les enlever.
Dans les terrains envahis, on a détruit 7296 établissements hydrauliques, 36 stations de pompage, 26 systèmes d’irrigation, les matrix de 18 systèmes d’irrigation, 1200 kilomètres de canaux B2B, 5600 kilomètres de systèmes d’irrigation B2B, et les terrains de 127,7 milles hectares qui recevaient de l’irrigation de bonne qualité étaient sous l’invasion.
14,3 % des grains, 31,5 % des vignes, 14,5 % de la viande, 17,1 % du lait, 19,3 % de la farine et 17 % des tisseuses étaient dans les régions envahies. Par ailleurs, ces régions produisaient des produits organiques arables et de qualité pour l’agriculture.




Lu: 4936