Page d’accueilli   » LA POLITIQUE D’ÉTAT    » La position officielle de la République d’AzerbaÏdjan au conflit   

La position officielle de la République d’AzerbaÏdjan au conflit

  



Meme si les efforts de médiations dans le cadre de l’OSCE ne sont pas toujours consécutive et ne donnent pas des résultats,la  position d’Azerbaidjan à propos du conflit est toujours pour la résolution du conflit par la voie pacifique. Le but du gouvernement Azerbaidjanais est d’atteindre la stabilité et la paix durable aux territoires du Haut Karabakh ainsi que dans le région du Sud Caucase,libérer les territoires occupées et renvoyer les refugiés à leurs maisons. Le but principal du procéssus du réglement est de préparer le statut du Haut Karabakh à l’intérieur d’Azerbaidjan et définir son model et cadre légal. Le coté azerbaidjanais sait que le procésus de définir un statut doit etre établi dans le cadre de la participation du peuple de la région ainsi que la participation pareille,directe et complète des communautés azéris et arméniens et leur procéssus légal et démocratique avec  Azerbaidjan. On doit faire plusieurs démarches pour que les cotés du conflit parviennent à l’étape de discussion du statut de Haut Karabakh. En premier le facteur d’occupation militaire doit etre relevé du contexte du conflit. Le retard de rendre les territoires peut comlpiquer le procéssus du réglement qui est déjà difficile. Deuxièmment la situation démographique avant le conflit doit etre rétablie. Il est évident que le statut du Haut Karabakh peut etre défini  dans le condition que les communautés azéris et arménis vivent contigu et la participation de toutes les deux communautés. Troisièmment jusqu’à  la  préparation du nouveau statut du Haut Karabakh, les relations mutuelles entre les autorités centrales Azerbaidjanaise et les autorités locales arménienne doivent etre établies. Quatrièmment le territoire doit etre restauré et développé du coté économique. Ceci est un pas très important pour la restitution de la coopération et la vie contigue des deux communautés ainsi que le procéssus de la normalisation de la vie. Y compris la restitution et le développement des relations économiques entre Azerbaidjan et Haut Karabakh,la restitution et l’ouverture des communications  pour l’utilisation des deux cotés. Dans cette situation là le peuple arménien du région du Haut Karabakh obtiendra la possiilité de communiquer avec l’Arménie,et l’Azerbaidjan avec  la république autonome du Nakhitchévan. Cinquièmment des programmes spéciaux comme la résistance, l’éducation et la coopération dans le domaine humanitaire entre les deux communautés doivent etre réalisés. A propos de l’accord de paix qui doit etre signé entre Azerbaidjan et Arménie il doit etre muni des garantis internationaux, des engagements prises par les deux cotés ainsi que les états et les organisations internationales. Il est évident que le succès du procéssus de paix dépend des approches constructives des deux cotés ainsi que de l’aide active des cooprésidents du groupe Minsk de l’OSCE. Mais il est difficile d’espèrer de grands changements positfs à cause de la position qu’Arménie tient. Depuis le début du conflit le but de la violence d’Arménie contre Azerbaidjan était d’occuper les territoires et changer les structures démographiques des territoires occupées. Dans le but d’obtenir la séparation unilatérale,l’Arménie veut garder la surveillance sur certains régions occupées, n’autorisent pas le retour des refugiés  à leur maison et empeche de faire attention aux avis des deux cotés. Il est évident que cet approche de l’Arménie à ce problème ne peut pas jouer un role de base pour la résolution du conflit. Garder la situation comme cela voudrait dire acceter les résultats de la suppression des droits de l’homme ou bien la victoire de la violence sur la justice. Le coté azerbaidjanais est pour la résolution du conflit par la voie pacifique mais ne fera pas des concessions à propos de l’integrité territoriale et ainsi n’acceptera pas le fait accompli que l’Arménie essaye de faire acepter. Le conflit ne peut se résourdre que sous les conditions de respect d’inviolabilité des territoires connus du niveau international et l’integrité des territoires azerbaidjanais ainsi que les communautés azéris  et arménis du Haut Karabakh vivent contigu en utilisant la démocratie et le développement. Il n’ y a aucun perspectif concret et la situation « ni paix ni guerre » continue . Ils sont un menace contre le développment l’indépendance et la sécurité démocratiaque d’Azerbaidjan. Ceci est en meme temps la source pricipale de l’instabilité dans toute la région du Sud Caucase.



Lu: 5952