Page d’accueilli   » LA LITTÉRATURE    » La littérature du Karabakh pendant la période Soviétique   

La littérature du Karabakh pendant la période Soviétique

  


L’Empire bolchevique de Russie ne pouvait pas rester inerte contre l’apparition dans la scène d’histoire d’un Etat indépendant d’Azerbaïdjan étant le voisin avec les pays musulmans comme l’Iran et la Turquie à la frontière du sud. Pour cette raison, le premier gouvernement démocratique de l’Azerbaïdjan s’est effondré à cause des attaques de la 11ème l’armée rouge occupante et on a fondé la souveraineté soviétique en Azerbaïdjan. 
La politique de la purification des années 1930 a commencé dans les premiers mois où la souveraineté soviétique a été fondée. La première victime de la politique de la purification était Firidun Bey Köçerli (1863-1920) qui était l’homme célèbre de science, le critique de la littérature, le grand enseignant écrivant l’histoire de la littérature d’Azerbaïdjan à plusieurs volumes et aussi le directeur de l’Ecole des enseignants de Gazah fusillé par les tachnaks arméniens à la prison de Gazah. 

La politique de la purification de Staline forme les pages écrites par le sang de l’histoire de la littérature d’Azerbaïdjan. Il y avait un grand nombre des intellectuels connus dans le domaine de la linguistique et la science en littérature, l’art et la littérature de l’Azerbaïdjan parmi ceux qui ont été exclus pendant ces années terrifiantes. 
En étant concernant les événements importants se déroulé au début du 20ème siècle et les chocs sociaux à la région et notamment après l’effondrement de la République populaire d’Azerbaïdjan et surtout pendant la politique de la purification des années 1930, les intellectuels de l’Azerbaïdjan qui ont subi des oppressions, des suivies et de la violace ont immigré aux autres pays afin de réchapper des oppressions et de continuer ses activités littéraires. Lorsque les personnes dont l’entrée sur le territoire du pays est interdite essayent d’obtenir l’autorisation de l’asile à l’étranger, ceux qui ont quitté le pays à cause des oppressions du régime des Schahs ou ses enfants habitent au loin de l’Azerbaïdjan – dans les différents continents comme l’Asie, l’Afrique, l’Amérique et même l’Australie.   
Il se trouve un point commun qui rassemble toujours les intellectuels immigrés: dans les pays où ils habitent, Ils ont protégé avec courage la mentalité nationale, littéraire et culturelle de l’Azerbaïdjan et l’idée de citoyenneté azerbaidjanaise, représenté et fait connaitre avec succès l’Azerbaïdjan et travaillé pour attirer l’attention de la communauté et des environnements concernés sur les questions de l’Azerbaïdjan à cause de l’occupation soviétique. L’une partie de nos intellectuelles immigrées continue de réaliser ses activités même à nos jours. Il est en question de l’héritage sérieux philologique, scientifique et littéraire des intellectuels azerbaidjanais. Il se trouve Ceyhun bey Hacıbeyli, originaire du Karabagh parmi ces auteurs.

Il faut aussi souligner les services de  Y.V.Çemenzeminli, originaire du Karabagh, étant l’auteur des romans comme “Entre les deux feux " ("Dans le sang"), "La fontaine des filles".
L’un des principaux caractéristiques de la littérature d’Azerbaïdjan pendant la période soviétique est d’être sous le contre régulier des établissements idéologiques et d’être orienté les activités littéraires par les instructions. Comme exemples pour les plus importants de ce dernier; le décret “sur la politique dans le domaine de la littérature esthétique” (1925) du Comité central du Parti bolchevique communiste de la Russie”, la décision "sur la refondation des établissements littéraires et esthétiques” (1932) et la décision (1948) “sur les magazines de "Zvezda" et "Leningrad" du Comité central du Parti communiste de l’Unité, la décision (1948) “sur les mesures de l’amélioration et la situation de la littérature soviétique d’Azerbaïdjan” du Comité central du Parti communiste, la décision (1972) “sur les conseils littéraires et esthétiques” du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique et plusieurs autres instructions. Non seulement l’approche du réalisme socialiste déterminé par le premier Congres de l’unité des auteurs soviétique réalisé en 1934 a restreint les activités des auteurs et des artistes, mais aussi cet approche les a obligé d’écrire dans le cadre de certains règles. Après les critiques sur l’exagération des manques dans la vie sociale et l’exagération de la mode de vie soviétique dans les magazines de "Zvezda" et de "Leningrad", les exemples basés sur la spéculation “sans conflit” dans la littérature de l’Azerbaïdjan avec la littérature populaire des populations de l’URRS ont apparu. 


L’événement le plus important des années 1960-90 était l’arrivée de l’école des 60s qui représenta quelques personnes originaires du Karabagh au monde de l’art et de la littérature. Il faut particulièrement souligner que le regard au monde intérieur dans l’art et les activités de ces intellectuels se sont approfondis.  
Cet école qui donne la priorité à la liberté de l’expression et de la pensée, à la liberté des idées politiques, au pluralisme, l’indépendance nationale, à la justice sociale a continué ses activités aux années 70-90, enfin Ils ont réussit d’obtenir ses buts après que l’Azerbaïdjan ait obtenu l’indépendance et la souveraineté politique.  
Si nous ajoutons des centaines des poètes, auteurs, écrivains, journalistes et hommes de science qui réalisent ses activités à la deuxième moitie du 20ème siècle (en effet, les maitres de la littérature de nouvelle période) dans cette liste, Il ne sera pas difficile de percevoir le pouvoir et la force donné par le territoire du Karabagh à l’idée littéraire de l’Azerbaïdjan. En étant les personnes les plus célèbres de la science en littérature, de l’idée esthétique et de la littérature de l’Azerbaïdjan, ces personnes qui ont enrichi et développé la littérature de l’Azerbaïdjan  sont comme suivants: les maitres des paroles tels que Süleyman Rehimov, Ali Veliyev, İlyas Efendiyev, Bayram Bayramov, Sabir Ahmedov; les auteurs, les poètes et les critiques qualifiés tels que Mehdi Memmedov, Ekber Ağayev, Gulu Halili, Mesud Alioğlu, Elfi Kasımov, İsi Melikzade, Mecid Şamhalov, Cemil Alibeyov, Kasım Kasımzade, Famil Mehdi, Teymur Elçin, Cahangir Gözelov, Elçin, Çingiz Abdullayev, Yusif Kerimov, Şahmar Ekberzade, Vagif Cebrayılzade (Vagif Bayatlı Öner), Seyran Sehavet, Agil Abbas, Ali Emirov, Zakir Fahri, Enver Ahmed, les hommes célèbre de science dans le domaine de la littérature et de la linguistique tels que Ekber Bayramov, Tofik Hacıyev, Kamran Memmedov, Gazenfer Kazımov, Kamil Veli Nerimanoğlu, Arif Hacıyev, Feride Vezirova, Rasim Tağıyev, Gedir İsmayılov, Arif Sefiyev, Vilayet Guliyev, İlham Rehimli etc. 



Lu: 6019